RTS Le 19h30 – Initiative populaire cantonale “Plus d’allocations familiales pour vos enfants”

Les 4000 signatures nécessaires ont été récoltées et l’initiative va être déposée début septembre 2019.

Initiative cantonale valaisanne pour «Plus d’allocations familiales pour vos enfants»

Les citoyennes et citoyens soussignés ayant le droit de vote dans le canton demandent, en vertu des articles 33 et ss de la Constitution cantonale, que la loi d’application de la loi fédérale sur les allocations familiales du canton du Valais du 11 septembre 2008 (LALAFam) soit modifiée comme suit:

Art. 7 al. 2 (nouvelle teneur)

2 L’allocation pour enfant s’élève à 315 francs par mois.

Art. 8 al. 3 (nouvelle teneur)

3 L’allocation de formation professionnelle s’élève à 445 francs par mois.

Nous avons longtemps été les premiers et meilleurs en Valais en matière d’allocations familiales (Fr. 275.- allocation pour enfant). Ce n’est plus le cas aujourd’hui, les Genevois et les Vaudois font mieux (Fr. 300.-). De plus le Valais fait également figure d’exception puisque c’est le seul canton dans lequel les salariés contribuent aussi à l’allocation familiale avec un taux de cotisation de 0,3% (total employeur-employé de 3,2% de la masse salariale – taux 2019 CIVAF). Partout ailleurs seul l’employeur cotise.

En Valais, le pouvoir d’achat des familles s’érode considérablement non seulement à cause d’un coût de la vie très cher, mais également des primes d’assurance-maladie en constante hausse, des loyers trop chers et des prix trop élevés. Qui plus est, les subsides à l’assurance-maladie s’amenuisent chaque année. Cette situation est d’autant plus critique pour les salarié-e-s qui ont des enfants à charge.

Les dépenses liées aux enfants sont dès lors devenues une charge considérable pour de nombreux parents. Par ailleurs, plus d’un tiers des familles peuvent tout juste joindre les deux bouts. La pauvreté touche aujourd’hui de nombreuses familles. Selon Caritas, près de 250’000 parents et enfants vivent même actuellement en Suisse au-dessous du seuil de pauvreté.

Les bas salaires en Valais stagnent dans de nombreux secteurs, et ne suffisent plus pour faire face à ces nombreuses dépenses. Avoir un enfant en deviendrait presque un luxe – et pas seulement pour les familles à faible revenu.

Les enfants et les jeunes représentent notre avenir. Ils garantissent la prospérité de demain et une bonne prévoyance vieillesse.

La pauvreté est réelle et il faut trouver des solutions à cette réalité. Les allocations familiales doivent être adaptées aux dépenses liées aux enfants qui ne cessent d’augmenter. Les enfants ne doivent pas représenter un risque de pauvreté. 

Les allocations pour enfants représentent le soutien financier le plus important pour les parents dont le revenu est faible ou moyen. Or, la majeure partie des enfants en Suisse vivent dans de telles familles. La politique familiale la meilleure et la plus efficace soutient donc tous les parents et enfants au moyen de plus justes allocations.

Il convient donc d’améliorer le pouvoir d’achat des familles au moyen de mesures concrètes. Les allocations familiales étant le principal pilier de la politique familiale en Suisse, augmenter les allocations familiales est devenu aujourd’hui une nécessité !

Les SCIV et Syna veulent améliorer la situation financière des familles.